//
you're reading...
2 - Écritures et engagements, 2 - Dossier

Édito – Quelles écritures? Quels engagements?

Après un premier dossier consacré à quelques « variations littéraires sur le suicide », place à la problématique de l’engagement, envisagé ici dans son rapport à l’écrit. Ainsi, au terme de notre investigation, nous serons-nous penchés, en l’espace de deux numéros, sur les postures extrêmes s’offrant à l’individu jeté au monde : d’une part, le refus et la disparition, de l’autre, l’acquiescement positif, où la volonté, son exercice, ingèrent la contingence de notre existence. À l’heure où la fameuse littérature engagée semble être devenue obsolète, ne convient-il pas de sonder son bien-fondé, ses modalités, ses contenus? Est-elle toujours possible ? La question mérite d’être posée : quelle(s) écritures(s), quel(s) engagement(s) ? Quel sens ces notions, dans les relations a priori dynamiques qui les unissent, peuvent-elles effectivement détenir aujourd’hui ?

C’est à ces interrogations que nous nous sommes, à notre manière, efforcés de répondre. Débarquant toute prétention encyclopédique, les articles proposés, se répondant l’un l’autre, procéderont donc par croisements, par recoupements, dans l’espoir de voir s’esquisser, au carrefour des analyses, des lignes de force pertinentes quant au rapport envisagé. Ainsi se mêlent des réflexions – Hannah Arendt –, des lectures de textes – Eugène Ionesco, Paul Marchand, La Rumeur –, des textes hybrides – Georg Trakl, Marjane Satrapi –, une entrevue avec un écrivain militant – Jean Louvet –, et, enfin, pour relancer la recherche, la nourrir, une intervention du romancier essayiste Jean-Louis Lippert, sous forme de carte blanche.

Même si certains des auteurs abordés peuvent être déjà estampillés « classiques », il n’en reste pas moins que ce dossier et son angle d’approche croient en leur force de réactualisation – foi qu’ils tâcheront de manifester par la vigueur modeste de leur éclairage. Ainsi notre projet poursuit-il sur sa lancée : se révéler terrain d’enquêtes à même d’éveiller l’intérêt du lecteur un tantinet curieux; un lecteur de livres, un « lecteur » d’oeuvres d’art en général : Projections accueille cette fois un article dédié à l’architecture – la Biennale 2010 de Venise. On trouvera également les présentations du dernier ouvrage de la série Blacksad, ainsi que de Leurs vies éclatantes de Grégoire Polet, prix Fénéon 2007. Enfin, la rubrique musicale sera consacrée à Arnaud Fleurent-Didier.

À toute jeune entreprise ses maladresses, nous avons ici tenté de corriger quelque peu celles de notre premier numéro, concernant la « lisibilité » de celui-ci. Moins spécialisée, moins universitaire, cette revue se veut avant tout ouverte au plus grand nombre. Pourvu que les collaborateurs intéressés se fassent connaître en vue de continuer cette exploration du champ artistique et culturel élargi, nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous en avril 2011, pour une troisième livraison.

[Cet éditorial a paru dans le deuxième numéro de Projections, à l’hiver 2010]

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 394 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :