//
you're reading...
4 - La route, Dossier, Littérature

Jack Kerouac et la génération battue par la route

La Beat Generation

est un groupe d’enfants

sur la route

et qui parlent de la fin du monde.

– Kerouac –

Lorsque Jack Kerouac écrit Sur la route dans les années 1950, il ne sait pas encore que ce livre deviendra le manifeste de la Beat Generation, qui annonce le mouvement hippie et dont l’influence se fait sentir aujourd’hui encore. C’est sur la route que s’effectue la quête contemporaine de l’absolu, à travers l’invention de nouveaux modes de vie, véhicules de valeurs « anticonformistes ».

Influencé par le jazz autant que bouleversé par ses road-trips à travers les États-Unis, Jack Kerouac écrit d’une seule traite, avec le rythme de la musique et de la voiture lancée à toute allure. Il raconte ainsi les voyages effectués par ceux qui fondèrent la Beat Generation (Kerouac, Allen Ginsberg, William Burroughs) à l’aide de sa mémoire incroyable et d’un système de feuilles collées les unes aux autres, afin de pouvoir écrire sans s’arrêter : le manuscrit de Sur la route est composé d’un rouleau de papier long de 36,5 mètres. Si certains discutent encore la qualité littéraire de ce texte, plus personne ne contestera la valeur du témoignage d’une génération qui inaugura tout un mouvement de notre culture.

La Beat Generation n’est au départ qu’un nom que se donne un groupe d’ami réuni autour de la littérature. Mais celui-ci gagnant en médiatisation et devenant un mouvement, plusieurs interprétations voient le jour : selon certains, le terme beat renvoie à la pulsion, au rythme du jazz, selon d’autres, à la sensation d’avoir été battu par la route, d’être au bout du rouleau. Kerouac lui donne aussi un sens en lien avec le mot français (sa langue maternelle) « béatitude ».

Mais ce qui réunit vraiment ces assoiffés de la route, au-delà de la littérature, c’est la volonté de redonner un sens à leur existence en rejetant les valeurs traditionnelles et en se libérant des conventions sociales. S’élevant contre le matérialisme, la superficialité et l’hypocrisie, ils développent une fascination pour la marginalité et l’underground. Ils cherchent ainsi obstinément leur liberté à travers la débauche (le sexe, l’alcool, la drogue), le voyage, la spiritualité et l’art, afin de retrouver une espèce de primitivisme qui remplacerait la civilisation par l’amour, l’instinct, la sincérité et l’énergie. Pour cette nouvelle Bohême, la recherche de l’absolu passe résolument par l’expérience personnelle de tous les possibles.

C’est ainsi que les récits de voyages de Kerouac vont lancer toute une génération sur les routes. Une génération qui se réappropriera ces valeurs et deviendra le mouvement hippie, ou la contestation étudiante de 68, ou encore le mouvement contre la guerre du Viet-Nam, et dont Kerouac cherchera rapidement à se désolidariser. Plus tard, la scène punk new-yorkaise rendra hommage à W. Burroughs sans que celui-ci ne comprenne rien à cette musique…

Mais si ces valeurs seront récupérées et détournées plus ou moins consciemment par de nombreuses personnes dans les décennies qui suivirent les écrits de la Beat Generation, il n’en reste pas moins que la route est dès lors profondément inscrite dans la mythologie américaine. Elle représente un sentiment que l’on ressent parfois en voyage, lorsque le temps et l’espace semblent nous appartenir : un sentiment puissant de liberté face au paysage que nous parcourons en voiture ou en train, et inscrit dans un temps soustrait à la société, qui nous donne, provisoirement, la possibilité de vivre les expériences les plus inimaginables.

Joachim Soudan

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Facebook

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 385 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :