//
you're reading...
4 - La route, Architecture, Varia, Varia

L’architecte du devenir – Portrait de Luc Schuiten

S’il avait vécu dans l’aristocratie italienne du XVIIIe siècle, Luc Schuiten se serait sans doute appelé Côme Laverse du Rondeau. Côme Laverse du Rondeau c’est ce jeune héros d’Italo Calvino, Baron Perché de profession, qui décide de fuir l’immobilisme bourgeois de son milieu familial pour rejoindre les arbres et la compagnie des cimes qu’il ne quittera plus jamais.

Luc Schuiten

Dans l’aristocratie de l’architecture belge du XXIe siècle, Luc Schuiten s’est fait un nom. Au gré de ses dessins, il s’écarte d’une machinerie lourde et usée pour retrouver à travers une architecture organique l’utopie, la sève, les branches, l’écorce et les ramures de la feuille. « Nous sommes des êtres biologiques » vient-il de vous rappeler. « Nous ne retrouverons un véritable équilibre qu’ancrés dans un environnement vivant. »

Luc Schuiten est né le 8 mai 1944 à Bruxelles dans une dynastie de bâtisseurs. François, son frère dessinateur, et lui, l’architecte futuriste, suivront les traces de Robert, leur père, artiste peintre et architecte. À la maison on parle d’art, de dessin, et on enfouit les devoirs sous l’exubérance de la nature qu’on explore.

Car c’est bien la nature qui a forgé Luc Schuiten. Et s’il s’intéresse aux destins des villes, c’est surtout pour y déceler l’avenir et la place du vivant. Dès lors, il lance des ponts entre l’homme et la terre. Chez lui, toute initiative humaine, toute construction ne peut plus se penser qu’en lien immédiat et vital avec la nature. Ses plans adoptent la forme des arbres, ses rues le tracé d’un ruisseau. Pour ce faire, il explore la ville. Celle qui existe. Il s’en sert dans le cadre de ses projets, il la prend à bras le corps, il y arpente son patrimoine pour le jeter dans une évolution consciente de ses racines. Dans les villes qu’il imagine, tout est en interaction avec tout. L’humain, en contact immédiat avec son environnement, se retrouve porteur de gestes qui ont du sens. Les espaces, les places et les pièces laissent la collectivité se construire, ainsi que la possibilité pour chaque individualité de se forger.

Luc Schuiten, extrait du livre Vers une cité végétale – Éditions Mardaga

Dans son atelier, Luc Schuiten nous avoue avoir peur de l’avenir, de la voiture, de la vitesse et de l’argent. Il l’assume et use alors de son imagination pour rebattre les cartes, sautant d’idée en idée. Car si l’architecte est un créateur, Luc Schuiten ne termine jamais rien. Ou plutôt, il rend ses projets à la nature, aux hommes qui les habiteront et au temps qui les sculptera. Son rêve ultime ? Construire une maison structurée autour d’un arbre vivant qui continuerait de grandir. « Le fondement de mon travail est de m’ancrer sur le vivant, pour nous permettre de retrouver des émotions qui vont à l’essentiel, au plus profond de ce que nous sommes. Toutes les choses que l’on peut posséder, les choses matérielles, vont vers une perte de qualité, vers une usure, vers une détérioration. Les émotions sont inaltérables et, liées à une métamorphose perpétuelle, elles nous plongent dans une renaissance continuelle. »

Aucune fioriture : l’atelier de Luc Schuiten est sobre, clair et ordonné. Un discret morceau de musique classique enrobe le tout. On le quitte calmement et on imagine l’architecte remonter dans ses projets, s’appuyer sur le vivant pour permettre à l’art, aux hommes, au patrimoine et aux racines de nous rappeler ce qu’ils ont à nous dire : « deviens ! ».

Jean-Bosco d’Otreppe

Luc Schuiten en trois dates

1977. Conception de la Maison du Cerisier qui s’inspire du règne végétal et se construit à partir d’organismes vivants.

1999. Réalisation du portfolio Évolution d’une rue. Analyse des changements du passé, et projection sur l’avenir pour inscrire la ville dans une constante évolution et la connecter au vivant.

2009. Exposition « Végétal City » au Musée royal d’Art et d’Histoire du Cinquantenaire. Récapitulation de ses recherches, cette exposition le rend véritablement connu du grand public.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 394 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :