//
you're reading...
6 - Dossier, Dossier, Idées

Sortir de la logique binaire

Tout être humain naît sexué. Dès sa naissance, voire même avant, une question réputée primordiale est posée : « fille ou garçon ? », dont la réponse conditionnera dans une large mesure la destinée de l’humain en devenir. À la source de ce conditionnement : la « différence des sexes », magnifiée par les religions, sacralisée par les sciences humaines. Ce pilier fondamental de nos sociétés s’inscrit dans l’individu à travers un double marqueur socio-corporel : la reconnaissance du sexe biologique et l’assignation du genre. Cet horizon binaire est-il indépassable ? Ne peut-on concevoir d’autres modèles, qui rendent compte plus subtilement de la réalité ?

© Tanguy Pinxteren

© Tanguy Pinxteren

Le paradigme « mythique » : Adam et Êve

Le modèle sexe/genre qui prévaut actuellement sépare l’humanité en deux catégories distinctes, en se basant tantôt sur le sexe biologique (mâle >< femelle), tantôt sur le sexe social ou « genre » (homme >< femme), l’un étant « naturellement » lié à l’autre. D’où les concepts de dimorphisme sexuel, différence des sexes, complémentarité, orientation sexuelle, etc., qui, dans le but de classifier les individus (et donc souvent de les hiérarchiser), opèrent une simplification bien abusive de la réalité. Ce modèle est peu satisfaisant car il présente deux défauts majeurs.

Premièrement, il ne prend en compte que le « sexe » alors que cette notion revêt un caractère problématique étant donné que beaucoup de facteurs entrent en jeu [1] : chromosomes, gonades, organes génitaux, hormones, anatomie interne (reproductrice), etc., tous ces facteurs se présentant différemment chez les divers individus. Il en résulte que bon nombre d’entre eux ne peuvent rentrer dans l’une des deux catégories et présentent l’une ou l’autre forme d’intersexuation [2]. Il semble dès lors quelque peu réducteur d’enfermer les êtres humains de manière péremptoire dans deux boîtes étanches suivant le type de gamètes qu’ils/elles possèdent (et d’ailleurs, sont-ils/elles encore des humains quand ils/elles n’en possèdent pas ?).

Deuxièmement, ce modèle tend à naturaliser une différence qui est avant tout construite et reproduite socialement. Le concept de « genre » permet de faire la généalogie de cette différenciation, de mettre en évidence la hiérarchisation qui en découle – rares sont les sociétés où les « femmes » ne sont pas inférieures aux « hommes » ! [3] – et d’analyser la dynamique des rapports sociaux suivant une grille de lecture genrée, à l’instar des concepts de « classe » et de « race » qui permettent de décrypter les mécanismes de domination à l’œuvre dans le monde [4]. Le « genre » est historiquement binaire et l’opposition masculin/féminin reste profondément ancrée dans la plupart des sociétés contemporaines. Elle en constitue même le fondement, dans une large mesure.

Le paradigme « psychologique » : le continuum

La prétendue binarité du sexe, on l’a vu, ne résiste pas à l’analyse scientifique et les biologistes ont découvert depuis belle lurette que le sexe était continu et que les variations sexuelles étaient quasiment aussi nombreuses que les individus [5]. En ce qui concerne le genre, son caractère binaire est en voie de déconstruction avec la vulgarisation des théories queer et le développement des mouvements transgenre, cross-dresser, intergenre, genderfuck, etc. Des associations comme Genres Pluriels en Belgique mettent en avant la diversité et la fluidité des genres. Quant à l’orientation sexuelle, elle est déjà présentée par Kinsey (1948) comme un continuum. Par conséquent, un modèle plus « progressiste » est celui des trois continuums : sexe, identité de genre et orientation sexuelle se présentent suivant une large gamme allant d’un pôle à l’autre.

Le problème est qu’un tel modèle continu reste bipolaire et peine à articuler le sexe, l’orientation sexuelle, l’identité de genre et les différentes interprétations de tous ces facteurs dans un contexte socioculturel. Il reste en effet dans une large mesure tributaire des représentations culturelles liées à l’hégémonie occidentale : homo/bi/hétéro, homme/femme, mâle/femelle, blanc/noir, … Au lieu d’avoir « lissé » les identités, il semble avoir surtout mené à la création de nouvelles « cases » et de revendications identitaires qui, si elles visibilisent des groupes de personnes dont on allait jusqu’à nier l’existence il y a quelques années, les enferment aujourd’hui dans des cases de plus en plus petites [6]. On croit à tort que les abstractions comme sexe, genre, orientation sexuelle, etc. sont des concepts différents qui ne se chevauchent pas, alors qu’ils sont liés de façon complexe [7]. Il faut donc penser au-delà du continuum.

Un nouveau paradigme ?

À l’instar d’autres acteurs du monde queer (intellectuel·le·s, associations, artistes, mouvements, etc.) l’Organisation Internationale des Intersexes (OII – [8]) propose une nouvelle perspective, multidimensionnelle et multiculturelle, qui rejette les explications binaires de toutes les variations sexuelles et puisse intégrer davantage de variations socioculturelles.

Ce modèle est celui d’un « kaléidoscope sphérique » :

–         Au centre : la personne en tant qu’entité complexe éminemment respectable.

–         Les différents constituants de la personne (sexe, identité de genre, orientation sexuelle, identité ethnique, filiation intellectuelle, croyances, etc.) s’assemblent de manière dynamique autour du centre ; leurs liens se font et se défont.

–         Chaque variation est dans la sphère et ses configurations changent selon la perspective de l’observateur et son contexte socioculturel.

–         Les combinaisons sont infinies et contingentes ; ce que perçoit le regard extérieur n’est jamais que l’état transitoire d’un système multidimensionnel, multidirectionnel et multiculturel.

Par simple réagencement des éléments au sein de la sphère ou par le biais d’une nouvelle perspective extérieure, l’identité et la différence peuvent ainsi se recréer en continu. Loin de figer la personne dans une identité « naturelle » et immuable, ce modèle lui offre la possibilité d’une existence plurielle dont la richesse réside dans la transformation permanente… Une utopie ?

Tanguy Pinxteren (avec l’appui de Curtis Hinkle)

—–

[1] HINKLE Curtis, Le sexe  – une invention médicale, avril 2008

http://www.genrespluriels.be/Le-sexe-une-invention-medicale.html

[2] PICQUART Julien, Ni homme ni femme, Enquête sur l’intersexuation, La Musardine, 2009.

[3] PROKHORIS Sabine, Le sexe prescrit. La différence sexuelle en question, Flammarion, 2000.

[4] DORLIN Elsa (sous la direction de), Sexe, race, classe, pour une épistémologie de la domination, PUF, 2009.

[5] ROTHBLATT Martine, L’apartheid des sexes, Ronan Denniel, 1999.

[6] BUTLER Judith, Défaire le genre, Ed. Amsterdam, 2006.

[7] DELPHY Christine, Classer, dominer, Qui sont les autres ?,La Fabrique, 2008.

[8] www.intersexualite.org

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 387 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :