//
you're reading...
7 - Dossier, Idées

La valeur d’une hiérarchie des valeurs. Lecture de Nietzsche

Nietzsche187c

Sans détour, Par-delà bien et mal (1886) cible la valeur de la (volonté de) vérité. Nietzsche (1844-1900) souligne, au sujet des métaphysiciens, que « c’est à partir de cette “croyance” qui est la leur, qu’ils se démènent pour obtenir leur “savoir” quelque chose qui finira par être baptisé solennellement “la vérité”. La croyance fondamentale des métaphysiciens, c’est la croyance aux oppositions de valeurs » [1]. Pour le dire grossièrement, la connaissance vraie et revendiquée objective ne se soustrait nullement à ces « préjugés de philosophe » que dénonce la première section de l’ouvrage. (Vrai >< faux ; bien >< mal ; vrai = bien…)

C’est pourquoi la pensée de Nietzsche substitue à la question de la vérité celle de la valeur (valeur de la vérité, valeur de la valeur). Ce faisant, le philosophe fait basculer les enjeux de toute connaissance du plan de la représentation à celui de l’interprétation – déterminer un sens –, laquelle opère selon des valeurs susceptibles (sommant) d’être évaluées. Dès lors, l’édifice moral des valeurs en place (celles qui reposent sur des préjugés) peut trembler. Le système au sein duquel s’opposent ces valeurs-ci, et à travers lequel le monde est représenté, est remis en cause en faveur d’un autre modèle d’intelligibilité – « le monde serait précisément “volonté de puissance” et rien d’autre » (§ 36). En conséquence de quoi la hiérarchie qui a cours – c’est-à-dire qui s’adosse aux valeurs existantes – perd pied, fût-elle mère d’une forme d’égalitarisme – au nom de valeurs comme bien et mal, tous les individus sont égaux d’un point de vue politique, devant Dieu, devant tout jugement moral.

Or, en matière de valeurs, il s’agit selon Nietzsche de légiférer. Non pas qu’il existe quoi que ce soit comme des valeurs bonnes – pareille option signerait l’échec du rejet des préjugés axiologiques. Mais intervient cependant dans le chef du philosophe de l’avenir une évaluation qui œuvre en vertu de perspectives créées. Car le renversement, ou la transmutation des valeurs relève d’un geste créateur – artistique – par lequel s’instaure une hiérarchie nouvelle, conforme à une pensée affirmative qui se tient résolument du côté des instincts vitaux – volonté de puissance, « oui » de Zarathoustra.

 Guillaume Willem

 —

[1] Nietzsche Friedrich Wilhelm, Par-delà bien et mal, § 2.

 

Pour aller plus loin :

  • Gilles Deleuze, Nietzsche (1965) : brève introduction à l’homme et à sa philosophie, suivie d’extraits choisis
  • Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885) : poème philosophique dont Par-delà bien et mal figure une sorte de commentaire.
Advertisements

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Édito – La hiérarchie, entre valeur instrumentale et outil de domination | Projections - septembre 15, 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivez-nous sur Facebook

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 385 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :