//
you're reading...
7 - La Hiérarchie

Édito – La hiérarchie, entre valeur instrumentale et outil de domination

La hiérarchie, entre valeur instrumentale et outil de domination

Édito de Projections n° 7, printemps-été 2013

CoverLa hiérarchie peut être considérée comme un phénomène relativement spontané. D’abord, les humains étant inégalement doués de force, de ruse et de talents, les mieux dotés ont tendance à dominer les autres. D’autre part, l’organisation en hiérarchie possède certaines vertus fonctionnelles : elle améliore souvent l’efficacité de l’action collective, quelle qu’elle soit (artistique, politique, économique, religieuse, etc.). C’est pourquoi, alors qu’elle a tendance à s’installer spontanément, du fait des rapports de force, elle est aussi généralement « sélectionnée » en raison de ses avantages pratiques.

La première dimension « spontanée » de la hiérarchie (la loi du plus fort) est injustifiable et donc très probablement injuste – pour peu que l’on se soucie de morale, et que l’on juge « possible » un tel jugement moral. C’est dans cette perspective que sont contestées, dans ce numéro, les hiérarchies entre hommes et femmes, patrons et travailleurs (1 et 2), chanceux et malchanceux.

Cela étant, la mise en évidence des vertus fonctionnelles de l’organisation hiérarchique nous oblige à admettre que la hiérarchie n’est pas forcément condamnable en elle-même, et à réfléchir aux moyens de distinguer les différents types et fonctions des hiérarchies.

De manière générale, on vante la hiérarchie parce qu’elle permet d’éviter l’écueil de discussions interminables sur des actions à entreprendre ou des décisions à prendre, par exemple. Le dossier élaboré dans ce numéro incite toutefois à opérer une distinction entre les choix techniques, les choix esthétiques, et ceux qui relèvent du domaine moral et/ou politique. Dans le premier cas, il semble aller de soi que l’autorité revienne à l’expert. Dans le second, à l’artiste ou au créateur (celui qui est à l’origine du projet). Mais dans le dernier cas, en raison d’un défaut de consensus naturel sur ce qui est bon ou juste, aucune hiérarchie ne se justifie et le pouvoir de décision revient en principe à tous (le vote et la discussion étant les deux principaux outils de sélection des normes d’action).

Ces catégories, cependant, se mélangent bien souvent. La réalisation d’un film, par exemple, lie décisions esthétiques et techniques. L’autorité du réalisateur peut-elle être remise en question par les techniciens ? La politique est un mélange de questions techniques et morales. Qui doit gouverner : des experts, les citoyens, ou des sortes d’experts élus par ces derniers ? Si la direction d’une entreprise est une compétence essentiellement technique, qu’est-ce qui fonde l’autorité des actionnaires sur les travailleurs ? Et comment doit s’organiser une communauté religieuse quand la volonté du Créateur est incertaine (1 et 2) ? Autant de questions auxquelles tente de répondre ce numéro.

En outre, la question hiérarchique est encore abordée sous des angles différents. L’autorité de l’enseignant sur ses élèves, notamment, est largement interrogée dans un sous-dossier consacré à la hiérarchie en contexte scolaire (1, 2 et 3). La possibilité même de hiérarchiser (autant que d’égaliser) est elle-même mise en question, comme en rend compte une présentation du perspectivisme de Nietzsche. Enfin, une réflexion sur les genres littéraires offre un autre regard sur la valeur instrumentale de la hiérarchie, en rappelant que classer, c’est inévitablement hiérarchiser.

Ce dossier n’épuise toutefois pas le contenu de ce nouveau numéro de Projections, qui s’intéresse une nouvelle fois au cinéma – avec une étude de Blow Out de Brian de Palma –, explore un champ nouveau – avec un reportage sur la photographie argentique – et réfléchit – sous forme de carnet de voyage – sur la mondialisation et le nouveau type de socialité qu’elle engendre.

Bonne lecture !

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 387 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :