//
you're reading...
8 - Dossier, 8 - L'imposture

Comment rendre un texte incompréhensible ?

Comment rendre un texte incompréhensible ?

Pierre Bayard à l’école de Jacques Lacan

 

Dans un article très amusant, Pierre Bayard décrypte les procédés utilisés (sciemment ?) par le célèbre psychanalyste Jacques Lacan dans son article « Lituraterre » pour éblouir son auditoire et s’assurer qu’il n’en questionne pas trop le sens. Voici six moyens pour rendre un texte incompréhensible.

Jacques Lacan, 12 mai 1971

 

« Le premier moyen à utiliser pour rendre un texte incompréhensible est d’utiliser le plus grand nombre possible de mots inconnus du lecteur, en évitant soigneusement de les définir. »

Ex : « lituraterre », titre d’un article de Jacques Lacan, qui se garde bien d’en délivrer la signification au cours de son texte.

« Ce premier facteur d’obscurité qu’est la non-définition des notions peut aisément être décuplé dans ses effets par le recours à une syntaxe compliquée, dont on ne peut guère dire dans le cas de Lacan qu’elle tende à simplifier la lecture du texte. »

Ex : « Entre centre et absence, entre savoir et jouissance, il y a littoral qui ne vire au littéral qu’à ce que ce virage, vous puissiez le prendre le même à tout instant. C’est de ça seulement que vous pouvez vous tenir pour agent qui le soutienne. » (Lacan, cité par Bayard)

Le troisième moyen consiste à jouer sur l’allusion. « Tout texte renvoie à d’autres textes. Si ceux-ci ne sont pas cités, ou ne le sont qu’imparfaitement, il y a de bonnes chances que la clarté du texte en soit sensiblement affectée ».

Ex : « Ma critique, si elle a lieu d’être tenue pour littéraire, ne saurait porter, je m’y essaie, que sur ce que Poe fait d’être écrivain à former un tel message sur la lettre. Il est clair qu’à ne pas le dire tel quel, ce n’est pas insuffisamment, c’est d’autant plus rigoureusement qu’il l’avoue. » (Lacan, cité par Bayard)

Le quatrième moyen consiste à rendre le texte trop dense. « Proche du recours à l’allusion, la densité – qui ne fait pas disparaître comme elle l’objet du discours –, revient à condenser des énoncés théoriques en les rendant les plus elliptiques possible. »

Ex : « Là au reste n’étant pas l’important, car même à ce que ce singulier appuie une forme plus ferme, et y ajoute la dimension, la demansion du papelundun, celle dont s’évoque ce que j’instaure du sujet dans le Hun-En-Peluce, à ce qu’il meuble l’angoisse de l’Achose, soit ce que je connote du petit a ici fait objet d’être enjeu de quel pari qui se gagne avec de l’encre et du pinceau? » (Lacan, cité par Bayard)

Cinquième moyen : « jouer sur les articulations du texte, c’est-à-dire à la fois sur sa structure d’ensemble et sur la manière dont s’enchaînent les différentes parties. »

Ex : Lacan raconte subitement, sans transition, son dernier voyage au Japon, puis revient à ses propos d’origine.

Sixième et dernier truc : « Laisser obscure la visée globale est […] peut-être le plus efficace des moyens dont l’on dispose pour perdre le lecteur. Sans idée sur la finalité du parcours, celui-ci a de bonnes chances de perdre pied rapidement et d’abandonner la partie. »

[Cet article résume librement celui de Pierre Bayard sur Lacan, disponible en ligne : http://www.fabula.org/atelier.php?COMMENT_RENDRE_UN_TEXTE_INCOMPREHENSIBLE]

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 387 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :